Carthage et l’UNESCO

Dans les années 1970, les autorités tunisiennes, préoccupées par la préservation du site archéologique de Carthage – notamment menacé par la croissance urbaine – décident de s’associer à l’UNESCO afin de “sauver Carthage”. Commence alors une longue histoire qui continue jusqu’à aujourd’hui, marquée par une succession d’études et de projets qui ont impulsé la préservation du patrimoine, même si leur mise en oeuvre a été limitée.

I. “Il faut sauver Carthage”: le site archéologique sous la tutelle de l’UNESCO

Un appel de l’UNESCO pour favoriser la recherche archéologique et la préservation du patrimoine

Le 19 mai 1972, René Maheu, alors directeur général de l’UNESCO, lance un appel: “Il faut sauver Carthage”. En octobre de la même année, le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et sa protection est ainsi érigée comme enjeu international. Ce moment crucial marque également le lancement d’une campagne internationale de fouilles archéologiques. C’est ainsi que, de 1972 à 1995, douze missions archéologiques travaillent sur le site et mettent au jour la majorité des monuments découverts aujourd’hui, alimentant les publications du Centre de Documentation Archéologique et de la Conservation de Carthage (CEDAC), créé en 1978 sous l’égide de l’UNESCO. En outre, l’attention portée par l’UNESCO sur le site a déclenché la mise en place de mécanismes juridiques à l’échelle locale et nationale afin de préserver l’intégrité du site face à l’urbanisation.

Le tourisme patrimonial, un moyen de développement économique et social selon l’UNESCO

L’UNESCO préconise également la mise en valeur du site de Carthage en vue du développement de la Tunisie. Depuis 1970, différents rapports mettent en évidence les retombées économiques et sociales que peut apporter ce patrimoine et son importance pour le développement du pays, insérant Carthage dans une mouvance internationale qui affecte le secteur du patrimoine. L’UNESCO consacre donc une partie de son travail à l’accompagnement des autorités tunisoises dans l’attribution de fonctions nouvelles au site archéologique susceptible de promouvoir le développement économique et social. C’est ainsi, par exemple que, dans un rapport de 1983, l’UNESCO met en valeur le développement du tourisme international à Carthage, ce qui s’est traduit concrètement par l’aménagement du musée de Carthage. L’UNESCO préconise également des mesures d’ordre institutionnel pour assurer ler retombées économiques du site, notamment la création d’une Agence Nationale d’Exploitation du Patrimoine (ANEP). Ainsi, on ne peut nier qu’un travail important a été effectué en vue d’une utilisation du site à des fins économiques et sociales. Cependant, au regard de la stagnation des recettes et de la déception chronique des visiteurs, il convient de relativiser l’efficacité des mesures mises en œuvre.

II. Les difficultés de la mise en oeuvre des préconisations de l’UNESCO

L’échec du Plan de protection et de mise en valeur: des difficultés institutionnelles et politiques

Au début des années 1990, les autorités tunisiennes expriment leur volonté de relayer la démarche réglementaire de protection du site par un projet de parc archéologique et naturel, dans le but d’améliorer le cadre et l’attractivité du site et de ses environs. Cela se manifeste par deux plans successifs élaborés avec le concours de l’UNESCO d’abord, puis la Banque Mondiale. Le premier d’entre eux, le Plan de protection et de mise en valeur est élaboré par l’UNESCO en 1995 et prévoit une relance des fouilles archéologiques, ainsi que la réhabilitation de quinze sites du parc archéologique. Cependant, ce plan est marginalisé lors de sa présentation aux administrations, ce qui témoigne de nombreux blocages et tensions entre les différentes administrations investies dans le projet. En premier lieu, il a été l’objet d’une opposition des riverains et des propriétaires, réticents à l’implantation d’un vaste équipement public à la réglementation contraignante. D’autre part, le plan empiétait sur des projets des ministères de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire. Enfin, l’afflux important de visiteurs à proximité du palais présidentiel qui se trouve au milieu du site archéologique a été considéré comme un risque et a constitué un argument contre la mise en valeur du parc.

Il faut encore sauver Carthage

Plus récemment, dans un rapport d’une mission s’étant déroulée en janvier 2012, l’UNESCO a exprimé sa préoccupation sur l’avenir du site archéologique. Selon ce rapport, depuis 2006, le Centre du patrimoine mondial avait été alerté des décisions de déclassement de certaines parties du Parc archéologique de Carthage. Parallèlement, le Centre réalisait l’inventaire rétrospectif des biens du patrimoine mondial, demandant la confirmation des limites des biens protégés. C’est ainsi que, lors de la 35e session du Comité du patrimoine mondial, un rapport sur l’état de préservation du site de Carthage fut présenté, et le Comité a adopté la décision qui a lancé la mission de 2012. Selon le rapport résultant de cette visite, deux types de dommages ont pu être constatés: d’une part, l’agression à mobile financier et le développement des infrastructures, et, d’autre part, la négligence des autorités responsables. L’UNESCO signale l’insuffisante réalisation des plans de mise en valeur développés jusqu’à présent, et appelle à la mise à jour du Plan de protection et de mise en valeur préparé à la fin des années 90. D’autres recommandations du rapport incluent l’élaboration d’un plan de préservation, d’un plan de gestion touristique, d’une stratégie archéologique et de conservation, et enfin la coordination entre les divers acteurs et outils de la gestion et de la préservation du sites. L’UNESCO envoie ainsi un message clair au nouveau gouvernement du pays, peu après la révolution: il faut encore sauver Carthage.

 

→ Pour approfondir :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *