L’atelier Carthage

L’atelier Carthage est un programme de recherche action qui vise à tirer des enseignements de l’analyse du site archéologique de Carthage situé dans la périphérie de Tunis.

Le regard des urbanistes sur le patrimoine a évolué. Longtemps pensé sous une approche restrictive et réglementaire, le patrimoine est de plus en plus perçu comme une ressource à plusieurs dimensions. Générateur d’attractivité touristique et de retombées économiques multiples, il est considéré comme un atout pour le développement local. Ferment essentiel dans la construction identitaire, il peut être mobilisé dans les stratégies d’images adressés à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire. Le patrimoine apparaît enfin comme un élément essentiel du cadre de vie et constitue à ce titre un enjeu pour les politiques territoriales. Au vue de ce changement de perspective, il convient de se demander dans quelle mesure et à quelles conditions le patrimoine urbain peut être intégré dans une stratégie urbaine ? Comment repenser les outils juridiques et techniques pour mettre en valeur et protéger le patrimoine ? Comment associer davantage les enjeux patrimoniaux dans les politiques d’aménagement ? Enfin, quelle structure de gouvernance peut permettre d’intégrer les multiples parties prenantes de l’échelle locale à l’échelle métropolitaine?

S’inscrivant dans une approche de recherche action, ce programme a pour objectif de mettre à profit l’avancement de la recherche dans le cas du site archéologique de Carthage, et de se servir de ce cas pour abonder en retour ce chantier de recherche. Le site apparaît en effet révélateur des enjeux évoqués.

Carthage fut fondée au VII° siècle avant J-C et a abrité plus de 300 000 habitants à son apogée, étendant ses réseaux commerciaux et militaires sur l’ensemble de la Méditerranée. Pendant plus de 1000 ans, elle a vu se succéder les civilisations majeures de la Méditerrané et en porte les vestiges : Phéniciens, Romains et Byzantins y ont laissé tour à tour des témoignages singuliers. A ce patrimoine archéologique majeur s’ajoutent d’importantes ressources naturelles : partiellement préservé de l’urbanisation, le parc archéologique de Carthage constitue le poumon de la côte Nord Est de Tunis.

Malgré la reconnaissance de la valeur universelle du patrimoine de Carthage, celui-ci est en proie à une pression foncière croissante. En raison du prestige du lieu, mais aussi de la forte croissance démographique de la métropole tunisoise, les valeurs foncières à proximité du site de Carthage sont parmi les plus élevées du pays, générant une forte tension spéculative. Malgré des mesures de protection juridique mises en place en 1985, la dégradation des ressources patrimoniales du site s’est poursuivie, notamment en raison d’une insuffisante mise en valeur. Un projet de développement et de valorisation du site constitue donc une condition sine qua non pour que la préservation de la valeur patrimoniale du site ne reste pas le souci des seuls archéologues, et afin que l’ensemble de la société tunisienne puisse en bénéficier.
Comment articuler protection et de mise en valeur de manière cohérente?

Le site archéologique de Carthage offre un potentiel de retombées économiques et sociales immense, mais insuffisamment exploité. Avec plus de 700 000 visiteurs par an et plus de 2 millions de dinars de chiffre d’affaire (1,1 millions d’euros), Carthage est le site le plus rentable de Tunisie. De plus, il constitue un atout symbolique majeur pour l’image et l’attractivité de la Tunisie. Pourtant, à l’heure actuelle, le site engendre la déception des visiteurs. La dispersion des points d’intérêt, leur faible visibilité, les difficultés de circulation rendent difficile l’appropriation du site, tant pour les touristes que pour la population tunisienne. Aujourd’hui, les visiteurs du site sont majoritairement des touristes étrangers conduits en bus sur un périmètre restreint au regard de l’étendu du site. Le potentiel du lieu est donc largement sous-exploité. Par ailleurs, les retombées économiques proviennent essentiellement des tickets d’entrées : les ventes annexes restent marginales, bien qu’elles puissent représenter une source d’emplois et de revenus importante.
Comment intégrer le patrimoine dans les politiques d’aménagement comme une ressource économique, sociale et politique?

Durant les vingt dernières années, des études ont été produites pour tenter de concilier la protection du site et la génération de retombées économiques et sociales. On peut penser en particulier au Plan de Prévention et de Mise en Valeur (1995) et au Projet de valorisation du patrimoine culturel de Carthage soutenu par la Banque mondiale (2004).

S’ils sont largement restés lettre morte en raison des réticences du système Ben Ali, Aujourd’hui, le processus post-révolutionnaire est en passe de briser la spirale qui menait au blocage de la valorisation patrimoniale et au démantèlement des dispositifs de protection de Carthage. De nombreux archéologues se sont mobilisés pour tenter de revenir sur les empiètements faits sur le site. La nomination comme ministre de la Culture, puis comme maire de Carthage d’Azzedine Bechaouch, ancien président du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO, est le gage d’un souci particulier du gouvernement à l’égard du site de Carthage.
Comment la structure de gouvernance à Carthage peut-elle intégrer les aspirations multiples de la société civile? Dans un contexte où la position de Carthage en fait un enjeu métropolitain, quelle est l’échelle pertinente pour penser la gouvernance de Carthage?

En somme, le site de Carthage suscite des questionnements sur la mise en valeur, l’aménagement et la gouvernance du patrimoine en contexte urbain. L’enjeu de ce blog est de faire avancer la réflexion à partir de ce cas, en le mettant en perspective avec les territoires faisant face à des problématiques similaires.