Appel à candidature

Lien

L’ONG Urbanistes du Monde, en partenariat avec l’Institut Supérieur de Construction et d’Urbanisme (ISCU-Université de Carthage), annonce la tenue de l’atelier :

« Transports et centralités au cœur d’un site archéologique: Repenser Carthage par la mobilité »

Du 1er au 5 juillet 2013

Afin de fournir les outils théoriques et méthodologiques nécessaires, tout en amenant les participants à proposer des projets concrets et innovants, l’atelier se déroulera en trois temps:

  • Une formation multidisciplinaire de 2 jours
  • Des séances de travaux pratiques en groupe de 2 jours
  • Une restitution des projets le dernier jour

 

Un contexte d’urgence et de renouveau

Le site du Parc archéologique de Carthage-Sidi Bou Saïd au nord de la ville de Tunis, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979,  souffre de carences de mises en valeur, de visibilité et d’accessibilité. Ce projet d’atelier se propose d’imaginer le futur des stations du train Tunis-Goulette-Marsa (TGM) situées sur ce parc.

TGM-Tunis

Cette réflexion sur le territoire à travers la mobilité constitue une approche novatrice permettant de penser l’aménagement global du site archéologique.

Les stations du TGM, qui sont aujourd’hui très peu utilisées par les visiteurs du site, pourraient constituer des points forts de l’aménagement du parc archéologique ainsi que des relais d’information et d’animation. Tout en facilitant la visite des touristes, elles pourraient constituer une incitation pour les habitants du Grand Tunis à venir  explorer leur patrimoine, en constituant des espaces d’intensité urbaine, caractérisés à la fois par une densité de population et d’activités, mais aussi par la qualité des services offerts et des possibilités d’interactions sociales.

Dans le contexte de crise et de mutation que traverse aujourd’hui le secteur du tourisme en Tunisie, les flux touristiques pilotés par les tours-opérateurs sont en baisse, ce qui ouvre une opportunité pour repenser Carthage comme un point d’attractivité d’un tourisme urbain plus large.

De plus, la côte Nord-est de Tunis constitue de plus en plus un continuum urbain avec le centre de l’agglomération où les enjeux de hausse de la mobilité sont importants, et se caractérisent par une réponse faible en termes de transports publics. Alors même que la densité urbaine augmente, la fréquentation de la ligne TGM a diminué, concurrencée par les véhicules privés et les taxis individuels et collectifs.

vuegaresTGM

Vision globale du site de Carthage Sidi Bou Said qui souligne la position stratégique des gares du TGM qui sont pourtant très peu utilisées par les visiteurs du site.

Les stations du TGM seront donc abordées par l’atelier d’abord comme un instrument de canalisation et de redistribution des flux de voyageurs. Elles seront également considérées comme des outils d’aménagement, à travers leur fonction de lieux de vie urbaine et des espaces de services et de commerce, qui pourraient être développés afin de bénéficier tant aux habitants qu’aux visiteurs du site.

 

Une formation pluridisciplinaire

La formation aura pour but de fournir aux participants des outils conceptuels et méthodologiques pour aborder les multiples questions que pose l’aménagement d’un site archéologique et la gestion de la mobilité. Les séances s’articuleront autour des thématiques suivantes, avec la collaboration de spécialistes tunisiens et internationaux :

  • Gouvernance d’un site archéologique : instruments juridiques et stratégies de mise en valeur
  • Evaluer et maximiser les retombées économiques et sociales du patrimoine
  • La gare comme moteur de projet urbain
  • Mobilité et transport : étude des besoins et conception de réseau dans le contexte du Grand Tunis
  • Tourisme durable et mobilités
  • Nouvelles technologies et urbanisme participatif

 

Les séances de travaux pratiques : un workshop interactif

Durant deux jours, les participants travailleront en groupe à proposer un projet d’aménagement articulant la dimension patrimoniale et la mobilité à partir d’une ou de plusieurs stations du TGM.

Les projets présentés seront valorisés pour leur multidisciplinarité. Les participants seront encouragés à s’appuyer sur une variété de supports : maquettes, plans, photos, vidéos, performance, …

Ces projets seront réalisés dans le cadre de groupes de travail autonomes, avec l’appui de membres d’Urbanistes du Monde et de l’équipe enseignante de l’ISCU

 

Présentation finale des projets

Le dernier jour, les projets seront présentés et discutés en présence de représentants des institutions concernées : institutions gestionnaires du site et responsables de la protection du patrimoine et de son exploitation commerciale ; opérateur du TGM ; Municipalité de Carthage ; UNESCO.

Les projets seront présentés au cours d’un Forum international « Gares et lieux de connexion dans les villes du Sud » organisé à Paris en octobre 2013 par Urbanistes du Monde.

 

Modalités de participation

L’atelier est ouvert à l’ensemble des étudiants et professionnels de toutes nationalités, intéressés par l’avenir du site et désireux de proposer une approche innovante et participative de son aménagement, en lien avec les questions urbaines ou patrimoniales : urbanistes, architectes, paysagistes, archéologues, sociologues, ingénieurs, géographes, économistes, artistes, spécialistes du tourisme et du marketing,…

Les inscriptions à l’atelier sont a présent terminées. Merci d’écrire l’adresse électronique suivante pour tout complément d’information : carthage2013@gmail.com.

Les frais de participation à l’atelier s’élèvent à :

  • 250 € comprenant une participation aux cours, au matériel fourni pour le workshop, transport sur place, hébergement, petit déjeuner et déjeuner.
  • 200 DT pour les participants résidant dans l’agglomération de Tunis, comprenant une participation aux cours, au matériel fourni pour le workshop, transport sur place et déjeuner.
  • Exonération de frais pour les étudiants de l’ISCU.

Les séances de formation et de restitution se dérouleront en français.

L’atelier aura principalement lieu à l’ISCU (Charguia 2, Tunis) et sur le site de Carthage.

 

Comité scientifique

Afin de garantir la qualité de l’atelier, un comité scientifique pluridisciplinaire a été mis en place. Celui-ci contribue à la sélection des candidats, valide le contenu de la formation et les documents de travail qui seront remis aux participants, et rendra un avis sur les projets qui seront présentés. Il se compose de :

  • Morched CHABBI, Sociologue et urbaniste, spécialiste du Grand Tunis
  • Michel CHIAPPERO, Architecte et professeur à l’Institut d’Urbanisme d’Aix-en-Provence
  • Géraldine DJAMENT, Maître de conférences en géographie à l’Université de Strasbourg, co-organisatrice du séminaire « Politiques culturelles et enjeux urbains » à l’ENS-Ulm
  • Xavier GODARD, Ancien directeur de recherche à l’Inrets (Ifsttar), spécialiste de mobilité et transport urbain (Afrique, Méditerranée)

Au sujet de la banque de données

Les onglets se rattachant à cette page constituent la banque de données au service de l’atelier Carthage de juillet 2013.

Les cinq premiers présentent les enjeux en matière de mobilité et de patrimoine.

  • Les gares du train Tunis-Goulette-Marsa
  • Carthage et l’UNESCO
  • l’Histoire du TGM
  • Politiques de transport et mobilité dans le Grand Tunis

Le cinquième regroupe les supports (présentations PPT notamment) utilisés par les intervenants lors des journées de formations.

Le sixième répertorie les études déjà réalisées par l’association Urbanistes du Monde.

Par ailleurs, le tableau ci-joint fait la liste des documents sélectionnés pour permettre aux participants de s’informer plus en détail sur le cas de Carthage et/ou sur les enjeux patrimoine en contexte urbain. Il sont accessible à partir du lien suivant.

Les projets déjà réalisés

Avec le soutien de l’ONG Urbanistes du Monde, plusieurs travaux ont déjà été produits au sujet du site archéologique de Carthage, et plus largement au sujet des politiques urbaines à Tunis:

En 2010, Jérémie Molho et Hind Khédira, tous deux diplômés du Master Stratégies Territoriales et Urbaines (STU) de Sciences Po Paris, ont réalisé une étude sur la mise en oeuvre des politiques de développement et de mise en valeur du site depuis sa classification au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette étude, qui s’est appuyée sur des rencontres avec experts de l’UNESCO, urbanistes et responsables auprès du ministère tunisien de la Culture a donné lieu à :

En 2012, une recherche complémentaire, portant sur les projets urbains dans la médina de Tunis, a été réalisée par Marine Duros, étudiante à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan en Sciences Sociales et Myriam Mezghiche, récemment diplômée du Master STU de Sciences Po Paris.

 

L’atelier Carthage

L’atelier Carthage est un programme de recherche action qui vise à tirer des enseignements de l’analyse du site archéologique de Carthage situé dans la périphérie de Tunis.

Le regard des urbanistes sur le patrimoine a évolué. Longtemps pensé sous une approche restrictive et réglementaire, le patrimoine est de plus en plus perçu comme une ressource à plusieurs dimensions. Générateur d’attractivité touristique et de retombées économiques multiples, il est considéré comme un atout pour le développement local. Ferment essentiel dans la construction identitaire, il peut être mobilisé dans les stratégies d’images adressés à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire. Le patrimoine apparaît enfin comme un élément essentiel du cadre de vie et constitue à ce titre un enjeu pour les politiques territoriales. Au vue de ce changement de perspective, il convient de se demander dans quelle mesure et à quelles conditions le patrimoine urbain peut être intégré dans une stratégie urbaine ? Comment repenser les outils juridiques et techniques pour mettre en valeur et protéger le patrimoine ? Comment associer davantage les enjeux patrimoniaux dans les politiques d’aménagement ? Enfin, quelle structure de gouvernance peut permettre d’intégrer les multiples parties prenantes de l’échelle locale à l’échelle métropolitaine?

S’inscrivant dans une approche de recherche action, ce programme a pour objectif de mettre à profit l’avancement de la recherche dans le cas du site archéologique de Carthage, et de se servir de ce cas pour abonder en retour ce chantier de recherche. Le site apparaît en effet révélateur des enjeux évoqués.

Carthage fut fondée au VII° siècle avant J-C et a abrité plus de 300 000 habitants à son apogée, étendant ses réseaux commerciaux et militaires sur l’ensemble de la Méditerranée. Pendant plus de 1000 ans, elle a vu se succéder les civilisations majeures de la Méditerrané et en porte les vestiges : Phéniciens, Romains et Byzantins y ont laissé tour à tour des témoignages singuliers. A ce patrimoine archéologique majeur s’ajoutent d’importantes ressources naturelles : partiellement préservé de l’urbanisation, le parc archéologique de Carthage constitue le poumon de la côte Nord Est de Tunis.

Malgré la reconnaissance de la valeur universelle du patrimoine de Carthage, celui-ci est en proie à une pression foncière croissante. En raison du prestige du lieu, mais aussi de la forte croissance démographique de la métropole tunisoise, les valeurs foncières à proximité du site de Carthage sont parmi les plus élevées du pays, générant une forte tension spéculative. Malgré des mesures de protection juridique mises en place en 1985, la dégradation des ressources patrimoniales du site s’est poursuivie, notamment en raison d’une insuffisante mise en valeur. Un projet de développement et de valorisation du site constitue donc une condition sine qua non pour que la préservation de la valeur patrimoniale du site ne reste pas le souci des seuls archéologues, et afin que l’ensemble de la société tunisienne puisse en bénéficier.
Comment articuler protection et de mise en valeur de manière cohérente?

Le site archéologique de Carthage offre un potentiel de retombées économiques et sociales immense, mais insuffisamment exploité. Avec plus de 700 000 visiteurs par an et plus de 2 millions de dinars de chiffre d’affaire (1,1 millions d’euros), Carthage est le site le plus rentable de Tunisie. De plus, il constitue un atout symbolique majeur pour l’image et l’attractivité de la Tunisie. Pourtant, à l’heure actuelle, le site engendre la déception des visiteurs. La dispersion des points d’intérêt, leur faible visibilité, les difficultés de circulation rendent difficile l’appropriation du site, tant pour les touristes que pour la population tunisienne. Aujourd’hui, les visiteurs du site sont majoritairement des touristes étrangers conduits en bus sur un périmètre restreint au regard de l’étendu du site. Le potentiel du lieu est donc largement sous-exploité. Par ailleurs, les retombées économiques proviennent essentiellement des tickets d’entrées : les ventes annexes restent marginales, bien qu’elles puissent représenter une source d’emplois et de revenus importante.
Comment intégrer le patrimoine dans les politiques d’aménagement comme une ressource économique, sociale et politique?

Durant les vingt dernières années, des études ont été produites pour tenter de concilier la protection du site et la génération de retombées économiques et sociales. On peut penser en particulier au Plan de Prévention et de Mise en Valeur (1995) et au Projet de valorisation du patrimoine culturel de Carthage soutenu par la Banque mondiale (2004).

S’ils sont largement restés lettre morte en raison des réticences du système Ben Ali, Aujourd’hui, le processus post-révolutionnaire est en passe de briser la spirale qui menait au blocage de la valorisation patrimoniale et au démantèlement des dispositifs de protection de Carthage. De nombreux archéologues se sont mobilisés pour tenter de revenir sur les empiètements faits sur le site. La nomination comme ministre de la Culture, puis comme maire de Carthage d’Azzedine Bechaouch, ancien président du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO, est le gage d’un souci particulier du gouvernement à l’égard du site de Carthage.
Comment la structure de gouvernance à Carthage peut-elle intégrer les aspirations multiples de la société civile? Dans un contexte où la position de Carthage en fait un enjeu métropolitain, quelle est l’échelle pertinente pour penser la gouvernance de Carthage?

En somme, le site de Carthage suscite des questionnements sur la mise en valeur, l’aménagement et la gouvernance du patrimoine en contexte urbain. L’enjeu de ce blog est de faire avancer la réflexion à partir de ce cas, en le mettant en perspective avec les territoires faisant face à des problématiques similaires.